Lao-tseu et le taoïsme : l'intégration originelle

 

 

 

Il faut lire et relire Lao-tseu et son célèbre "Tao tö king".
C'est un livre essentiel et fondateur de l'esprit intégratif.
Les 81 chapitres, en leur concision simple et poétique,
nous montrent la Voie de l'intégration suprême dans l'Unité du Tao et la diversité mystérieuse de la vie, 
dans l'intégration des contraires : le vide et le plein,
l'être et le non-être, l'agir et le non-agir,
la lumière et l'obscur, le yin et le yang, etc...

 

 

 


Merci au 6e siècle avant J.C.,  que Karl Jaspers a appelé "l'âge axiale" de l'humanité ;
il a permis  à l'Esprit de souffler lumineusement grâce à Lao-tseu et Confucius en Chine, à Héraclite et Socrate en Grèce, au Bouddha et Mahavira en Inde, à Zoroastre en Perse.
L'être humain pour la première fois, commençait à réfléchir, au delà de ses mythologies différentes, au fond universel et unitaire de sa dimension spirituelle.
On dit que le "logos" a remplacé le "mythos", pour donner naissance à des discours de portée universelle, capables de rendre compte, chacun à leur manière, de la multidimensionnalité de l'être humain et de ses possibilités d'intégration vers l'Unité intérieure.
Lao-tseu, de même que son disciple Tchouang tseu, représentent une facette incontournable et toujours aussi actuelle de cet élan unificateur, universel et quasi- intemporel, puisque de nos jours ils n'ont rien perdu de leur actualité - je dirai presque de leur jeunesse, malgré le grand âge de Lao-tseu qu'on a coutune d'appeler "le Vieux".

Est-il possible de faire un commentaire de cette pure merveille qu'est le Tao tö king ?
d'autant plus qu'il appartient au champ de la grande poésie, telle que je la conçois ?
Ecoutons plutôt la musique de ces mots nimbés de silence, qui résonnent toujours de l'Essentiel, qui brillent des hauteurs de l'intégration suprême de l'Esprit ...

Il faut aller voir sur mon blog l'article consacré à l'exposition "La voie du Tao" au Grand Palais à Paris au printemps 2010.

J'ai écrit aussi un long article sur mon blog en novembre 2014 intitulé :
"Du chaos au Tao de Lao-tseu".

Cherchez aussi dans le moteur de recherche du blog à la rubrique "taoïsme", il y a peut-être quelques surprises ...

2
Dans le monde des apparences,
Visible et invisible naissent l'un de l'autre
Facile et difficile sont complémentaires
Long et court se mesurent l'un à l'autre
Le haut et le bas sont interdépendants
Avant et après se succèdent
Voix et son l'un l'autre s'épousent
Ainsi le sage agit sans agir et enseigne sans paroles
Il produit et ne possède pas
Il agit sans rien attendre
L'oeuvre accomplie, il n'en tire pas mérite.
Voilà pourquoi le mérite ne le quitte pas.

4
Entre vide et abondance, le Tao est harmonie.
Inépuisable, Il jaillit d'un abîme sans fond.
Source des Dix mille êtres,
Il émousse le tranchant
Dénoue les liens
Tempère la splendeur
Unifie les poussières.
Clair et transparent,
Le Tao est presque sans forme, presque invisible.
Personne ne peut connaître son origine,
Il précède toute création.

10
Maintenir l'esprit et le corps dans l'unité
Afin qu'ils ne puissent se séparer.
Discipliner son énergie et la rendre souple
Comme celle du nouveau-né (...)
Paraître ignorant tout en étant inondé de lumières.
Donner la vie, la faire croître sans rien s'approprier.
Agir sans rien attendre,
Diriger sans dominer.
Telle est la mystèrieuuse Vertu du Tao.

16
En état de totale vacuité et profonde tranquillité
Je contemple les Dix mille êtres
Et le mouvement d'éternité de leur retour.
Tout ce qui apparaît et fleurit
Disparaît et retourne à la racine.
Le retour à la racine s'appelle retour à la vie.
Le retour à la vie est le mouvement constant des phénomènes.
Qui connait la constance est un esprit éclairé.

19
Rejette l'industrie et son profit,
Les voleurs et les escrocs disparaîtront.
Reste simplement au centre du cercle
Et laisse toute chose suivre leur cours.

20
Tous les hommes montrent leur intelligence,
Mais moi, je suis plongé dans les ténèbres de l'ignorance.
Tous les hommes essaient d'être perspicaces,
Mais moi, paisible dans ma solitude,
Avec mon esprit trouble et confus,
Vague comme l'océan, je me laisse flotter.
Moi seul, je diffère des autres hommes,
Car je tiens à téter la Mère.

26
Lourd et léger prennent racine l'un de l'autre,
Calme et mouvement naissent l'un de l'autre,
C'est pourquoi le sage voyage tout le jour
Sans quitter sa demeure,
Devant les spectacles les plus grandioses,
Il reste calme et détaché.
Si tu laisses l'agitation te gouverner,
Tu perds le contact avec qui tu es.

38
Le Maître ne fait rien
mais ne laisse rien d'inachevé.
L'homme ordinaire est tendu vers le pouvoir ;
aussi n'en a t-il jamais assez.

Il y a de nombreuses traductions du Tao tö king de Lao-tseu, j'aime celle Chao-Hsiu Chen, sur un jeu de cartes paru au Courrier du Livre ;
j'aime bien la traduction poétique de Stephen Mitchell aux éditions Synchroniques,
j'adore aussi le CD lu par la belle voix de Didier Sandre dans la collection "écouter / lire", 
sur une traduction sérieuse de Liou Kia-hway, que vous pouvez vous procurer pour deux euros dans la collection Folio - l'âme de Lao-tseu doit en frétiller d'aise et de malice !