Catherine Bensaïd et Jean-Yves Leloup
décrivent une échelle de l'amour hautement intégrative

Catherine Bensaïd est psychiatre, psychanalyste et l'auteur de nombreux best- sellers : « Aime toi, la vie t'aimera », « Histoires d'amour, histoire d'aimer » et « Je t'aime la vie ».
Jean-Yves Leloup est philosophe, théologien et psychothérapeute. Il consacre une large partie de sa recherche aux liens entre amour et sacré (« Evangile de Marie », « Une femme innombrable »; « Tout est pur pour celui qui est pur »...)
Dans leur dernier livre « Qui aime, quand je t'aime ? », ils portent un double regard, psychanalytique et philosophique, clinique et poétique, sur la quête éternelle de l'amour. C'est ce double regard apportant des points de vue très variés sur l'amour, qui constitue justement un modèle d'intégration réussie, en particulier entre le domaine psychologique et le domaine spirituel, d'ordinaire séparés.
Dans l'échelle de l'amour qu'ils proposent, s'explicite le mieux ce travail d'intégration :

« Cette échelle n'est pas un thermomètre, elle ne sert pas à mesurer la chaleur, l'incandescence ou la qualité de nos amours. Elle nous rappelle simplement la variété infinie d'expériences que l'on peut mettre derrière le mot « amour ». C'est une invitation également à « accorder nos violons », nos façons d'aimer, et à respecter les choix de l'autre. Nous sommes à tous les barreaux à la fois. Dans le sage ou le saint il y a un enfant qui sommeille et qui a faim d'être aimé, seulement la faim ne remplit pas tout l'espace en lui, il demeure à travers ses manques acceptés capable de désir et de gratuité.
L'Amour se fait chair dans toutes les dimensions de la chair, et il ne faudrait pas oublier que c'est le même Amour qui s'incarne dans la pulsion sexuelle et dans l'appétit charnel que celui qui nous rend capables de prière et de célébration. L'énergie de l'Amour est une.
L'Amour se fait chair, c'est l'aspect « descente de l'échelle » : faire descendre la grâce d'être et d'aimer dans toutes les dimensions de l'humain, mais c'est aussi pour que la chair devienne Amour, capable d'agapè et c'est l'aspect ascendant de l'échelle; l'évolution à travers laquelle nous apprenons non seulement à aimer, mais à devenir l'Amour même, celui qui selon Dante « fait tourner la terre, le coeur humain et les autres étoiles ».

Il y aurait tant à dire et à écrire sur chacun des barreaux de l'échelle. Sur la plupart on a déjà beaucoup écrit mais on les a tenus rarement ensemble. Les spécialistes de la libido ne s'intéressent guère à la spiritualité et à la mystique (si ce n'est pour la réduire à leurs catégories) et vice versa. Généralement les « psy » se méfient des « spi » (parfois ils les font même enfermer) et les « spi » se méfient des « psy », parfois même ils les méprisent, les considérant comme des animaux savants n'ayant pas encore accédé au niveau proprement humain. Notre travail est là pour rappeler l'union possible des deux. Que l'homme ne sépare pas ce que la vie et l'Amour tentent sans cesse d'unir : la matière et l'esprit, l'homme et la femme, la terre et le ciel, l'homme et Dieu, la passion et la compassion, le fini et l'infini... »

"Qui aime quand je t'aime" p.140

Echelle de l'amour