La Gestalt-thérapie : une psychothérapie d'inspiration intégrative

La Gestalt-thérapie est une psychothérapie qui intégre un certain nombre d'influences philosophiques et thérapeutiques variées.
Elaborée à partir de 1950 par Fritz Perls, psychanalyste allemand, émigré en Californie, la gestalt-thérapie (de l'allemand gestalten « mettre en forme ») s'intéresse à la relation existentielle dans l'ici maintenant qu'elle appelle "le contact", plutôt qu'à l'analyse des origines d'un problème situé dans le passé, comme le ferait la psychanalyse.
Le travail se fait surtout en groupe, mais aussi en couple ou en individuel. Il se fonde sur la parole, mais surtout sur le jeu de rôle et le ressenti émotionnel et corporel.
Repérant les conduites et croyances disfonctionnantes du présent, la Gestalt-thérapie permet un nouvel « ajustement créatif » à l'environnement.

Voici la plupart des influences philosophiques et thérapeutiques dont la Gestalt se réclame :

  • la psychanalyse (Perls a commencé par être psychanalyste). Mais, il s'agit d'abord d'une opposition à la psychanalyse, trop tournée vers le passé et vers une interprétation rationisante et conceptuelle des symptômes; pourtant une partie du modèle psychodynamique de l'inconscient très simplifié, est conservé : " la théorie du self".
  • la phénoménologie et l'existentialisme (Brentano, Husserl, Heidegger, Buber, J-P Sartre, Merleau Ponty ) : le comment précéde le pourquoi, le vécu, le ressenti est plus important que "le penser", le primat du subjectif l'emporte sur toute objectivation interprétative à prétention universalisante.
  • la théorie de la forme ou Gestalt psychologie : la situation inachevée, sous forme ouverte permet le processus évolutif et thérapeutique vers une forme plus ajustée.
  • l'importance du corps et de l'expression psychocorporelle des émotions venant de Reich (Perls a fait une analyse avec Reich en 1930)
  • le psychodrame de Moreno, "les jeux de rôle, le psychodrame et le monodrame", les mises en scène à vocation thérapeutique sont omniprésentes.
  • "l'awareness" et "l'ici-maintenant" empruntés à différents courants spirituels orientaux et en particulier le zen

Ce qui est intéressant, c'est de voir comment Perls met au point un système cohérent, unifiant toutes ces influences, et suffisamment ouvert pour permettre la création, illustrant ainsi l'idée que la psychothérapie intégrative ne peut être qu'un système ouvert, éminemment créatif.
Mais la Gestalt a aussi des limites à l'intégration : la spiritualité ou la dimension transpersonnelle est réduite, l'approche systémique et transgénérationnel presque absent (la problématique est individualisée), l'inconscient éricksonien est quasiment ignoré, au profit d'un inconscient "traumatique" d'inspiration  freudienne.
La Gestalt telle qu'elle est pratiquée dans les écoles a tendance aussi à s'enfermer dans son système avec une certaine suspicion pour l'intégration des autres courants et méthodes. mais elle peut être aussi un excellent point de départ pour un cheminement personnel ouvert vers les autres thérapies.