Guy Corneau intégre à la psychothérapie "le meilleur de soi"

Voici un petit article que j'ai écrit dans le journal Spasmagazine au sujet du dernier livre de Guy Corneau "Le meilleur de soi", où celui-ci, dans la lignée de Milton Erickson, d'Abraham Maslow et bien d'autres, intégre à la psychothérapie, la meilleure part de soi, c'est à dire toutes les ressources potentielles positives d'une personne, qu'il s'agit de faire émerger durant le processus thérapeutique.
Une insistance particulière est donnée aux ressources spirituelles.

"Ce nouveau livre de Guy Corneau commence, dans son introduction, par une profession de foi intégrative : « Les sources que j'ai utilisées pour élaborer cet ouvrage sont en partie jungiennes. Toutefois, je me réfère aussi à d'autres psychanalystes, psychiatres et psychothérapeutes : Freud, bien entendu, Otto Rank, Stanislav Grof, Wilhem Reich, Marie-Lise Labonté et David Chamberlain...”, et plus loin : « Dans une perspective plus large, ce livre boucle une boucle, pour moi. J'ai cherché à travers chacun de mes ouvrages un pont réaliste qui irait de la psychologie à la spiritualité en fournissant au lecteur un instrument de connaissance de lui-même et ce, en dehors du cadre d'une religion, d'une secte ou même, bien que je sois jungien, d'une école psychologique exclusive “.
Dans ce livre, en effet, Guy Corneau étend considérablement le champ traditionnel de la psychologie classique, focalisé depuis Freud sur « le plus mauvais de soi », cette part d'ombre provenant de nos déterminismes et toujours prête à disfonctionner. Il n'y consacre qu'un tiers du livre, pour insister, dans les deux autres tiers, sur la découverte du meilleur de nous-même. C'est donc à un passionnant voyage émaillé d'exemples et d'expériences pratiques, auquel nous convie l'auteur, voyage au pays de nos possibilités d'Amour, de Joie d'être et surtout de Créativité. « En toi est le jardin des fleurs, dit Kabir...Longtemps cela m'a paru une simple référence poétique. Aujourd'hui, ce titre me semble la clé de l'intimité avec le meilleur de soi ».
Merci Guy Corneau, de nous ouvrir ainsi ces chemins vers le meilleur de nous-mêmes. Ces chemins sont nouveaux, ils ont été méprisés ou oubliés par une psychothérapie, qui s'est arrêtée le plus souvent en cours de route, à mi-chemin; ils font bien sûr partie, pour moi, de la psychothérapie intégrative, et c'est peut être sa meilleure part, « le chemin d'évolution intégrale », comme vous le dites si bien".

Spasmagazine n° 22 (juillet 2007)
Guy Corneau "Le meilleur de soi" Editions Robert Laffont

Voir aussi sur mon blog l'article sur le dernier livre de Guy Corneau "Revivre"